Matérialiser le texte en web

Expérimentation : matérialiser le texte en web

 

Dans notre idée de matérialiser ce texte en vue d’une collection d’objets, nous avons pensé à créer des objets web, des pages html qui donnent à voir le texte de manière immersive, comme si les données de surveillance captées arrivaient au fur et à mesure sur cette plateforme numérique.

 

La première page montre des phrases que nous avons extraites de la première captation sonore. Le script définit une formation des phrases lettre par lettre comme si nous assistions à la captation en direct, les données arrivant une à une pour se poser et former une phrase.

 

 

La deuxième page comprend tout la conversation captée, les lignes des paragraphes flottent dans la page, les mots s’enchevêtrant les uns dans les autres et grâce à un scroll l’utilisateur se promène dans le conversation. Elle offre une déambulation dans un paysage de données captées.

 


Captation : enregistrement de la seconde séance

Lundi 9/11,

Premiers essais de captations.
Avant de lancer le processus, qu’est-ce qui fonctionne ?
Comment peut-on l’exploiter ? Le mettre à profit ?

 

Quelques pistes :

1. Transformer la première matière accumulée à la séance de démarrage, notre réflexion orale, enregistrée.
Objectif : la passer à travers un filtre de captation sonore,
une dictée digitale, avec ses failles, qui est très approximative dans la transformation du son en texte.

 

captationdictée

 

 

2.Transformer la lumière du lieu de travail, captée par une LDR (en chiffres pour le moment). L’objectif étant
de transformer ces chiffres par la suite dans une nouvelle matière de travail.

Capture d’écran 2015-11-23 à 16.09.28

 

 

La possibilité de tirer de nos captations un écrit nous a finalement semblé être une piste à creuser durant les prochaines séances,  à suivre….

 

 

NOUVELLE CAPTATION : cette fois ci =====>  vidéo :

Voilà la nouvelle captation pris durant la seconde séance de travail, c’est une trace vidéo. Il nous a semblé nécessaire d’ajouter de l’image au son, la première fois nous étions un groupe de trois + Martin De Bie à discuter. Cette fois ci nous sommes un groupe de deux personnes (définitivement et jusque’à la fin du projet) + intervention de Antoine Desjardins. Nous ne sommes plus dans une phase de discussion mais plutôt dans une phase poste-réflexion/recherche.
Une autre manière de travailler mise en avant par une autre manière de capter.
Nous nous arrêterons surement à ses deux « captations brutes » pour le moment.